2020 : l’année « Fouché » ?

Le 26 décembre 1820, Joseph Fouché mourait en exil à Trieste des suites d’une pneumonie. 

Voici comment j’ai décris les derniers instants de la mort de l’ancien ministre de la police dans mon livre « L’exil et la mort de Joseph Fouché » :

« Se sentant proche de sa fin, Fouché aurait demandé à son fils Armand de brûler dans la cheminée les papiers qu’il conservait jalousement près de lui. (…) L’agonisant, du fond de son lit aurait ainsi assisté à la destruction de ces précieux documents que Napoléon lui-même n’avait pu lui enlever en 1810 (…). Le décès survint le 26 décembre 1820 à trois heures et demi selon les actes du clergé, à cinq heures selon le commissaire de police Corrado Weyland. »
1820/2020 : deux siècles exactement se sont écoulés. Y aura t-il des commémorations ? Si oui, sous quelle forme ? On peut être être certains d’une chose : si commémorations il y aura, elles seront discrètes… ce qui conviendrait parfaitement au personnage, ni « monstre » ni « héros ». Il me semble que la ville du Pellerin, en Loire-Atlantique, lieu de naissance de Joseph Fouché, serait particulièrement indiquée pour accueillir au mois un de ces rendez-vous. Mais des colloques et débats qui permettraient d’approfondir la connaissance de ce personnage aussi complexe qu’incontournable pour l’histoire d’Europe, seraient aussi les bienvenues.
La « Société d’Etudes sur Joseph Fouché et son Temps » est prête ! 
Julien Sapori

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s