Fouché « un uomo nella rivoluzione »…

Je vous ai récemment présenté l’excellente BD sur Fouché de Junker et Mallet. Elle n’a pas été la première… Une autre BD a été publiée en 1973 en Italie par la revue Eureka, avec Bunker au scénario et Piffarerio aux dessins, sous le titre « Fouché un uomo nella rivoluzione ». Elle n’a pas marqué les esprits.

La présentation en dit long sur son contenu : « Joseph Fouché, il vile e perfido ministro di polizia di Napoleone Bonaparte, vive a Trieste l’ultima parte della sua vita.

Nominato da Napoleone duca d’Otranto e – dopo la campagna di Russia – governatore delle Province Illiriche, giunge a Trieste e alloggia a Palazzo Vicco.

Si trasferisce poi a Napoli per sorvegliare Gioacchino Murat, fugge in Francia e poi a Praga e Lione prima di chiedere ed ottenere la cittadinanza austriaca che gli consente di stabilirsi definitivamente a Palazzo Vicco fino alla sua morte, avvenuta il 26 dicembre 1820. La salma di Fouché resta a Trieste fino al 1886 quando, per l’interessamento di un lontano parente, viene riportata in Francia da Emile Combes che sarà Primo Ministro francese tra il 1902 e il 1905.

Fouché è anche un fumetto creato negli anni Settanta da Max Bunker (Luciano Secchi) e dal disegnatore Paolo Piffarerio. Pubblicato a puntate nel 1973 sulla rivista Eureka, viene successivamente raccolto in un unico volume dall’editoriale Corno, intitolato Fouché, un uomo nella Rivoluzione (1976). Quale filo conduttore dell’intera vicenda (la Rivoluzione, il Direttorio, il Consolato, l’Impero, la caduta di Napoleone e la Restaurazione monarchica) c’è Joseph Fouché che interpreta senza reticenze tutti i lati oscuri di un difficile e controverso periodo storico ».

Traduction par mes soins : « Joseph Fouché, le lâche et perfide ministre de la police de Napoléon Bonaparte (sic !), a vécu à Trieste la dernière partie de sa vie. (…). La dépouille de Fouché reste à Trieste jusqu’en 1886 quand, suite à l’intervention d’un lointain parent, elle fut ramenée en France par Émile Combes qui sera Premier ministre français du 1902 au 1905 ».

Rappels :

1 – La dépouille de Joseph Fouché fut ramenée en France non pas en 1886, mais en 1875.

2 – Le « lointain parent » était en fait son fils Athanase.

3 – Fouché n’a pas été successivement en France, à Prague, à Lyon et à Trieste, mais (dans l’ordre) en France, à Dresde, à Prague, à Linz et à Trieste. On le voit mal revenir à Lyon après être parti en exil…

4 – Le futur ministre Émile Combes (celui des « inventaires » dans les églises) n’eut strictement aucun rôle dans ce rapatriement ; le Combes en question était un obscur entrepreneur des pompes funèbres (aucun lien de parenté entre les deux, le patronyme étant partagé par des milliers de français).

Si la plupart de ces erreurs sont plutôt sans importance dans un petit texte qui, de toute évidence, n’a aucune prétention historique, la légende totalement infondée et particulièrement tenace selon laquelle Émile Combes se serait chargé du rapatriement de la dépouille de Fouché de Trieste à Ferrière-en-Brie est très intéressante puisqu’emblématique de la haine que les royalistes lui ont réservé jusqu’à nos jours. Les deux « bouffeurs de curés » Fouché et Combes ne pouvaient que se retrouver post-mortem afin de célébrer le rituel païen des funérailles maçonniques d’un régicide !

Se non è vero, è ben trovato… Dommage que ce soit totalement faux.

Julien Sapori

Publicités

Une réflexion au sujet de « Fouché « un uomo nella rivoluzione »… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s