Le Chevalier de Maison Rouge

Le Chevalier de Maison Rouge, de Marie-Antoinette à Napoléon

Un destin fabuleux qui a basculé à quelques heures près

Monsieur de Rougeville a été immortalisé sous le nom du Chevalier de Maison Rouge grâce au chef d’œuvre éponyme d’Alexandre Dumas. De son côté le grand historien Lenotre lui avait consacré un ouvrage et de très longs passages dans son histoire de la Révolution française. Son épopée a été reprise plusieurs fois à l’écran et notamment dans une série de Claude Barma, et a fait l’objet en 2016 d’un CD musical de Didier Barbelivien. Par ailleurs, Rougeville avait laissé de très nombreux écrits qui pourraient constituer une forme d’autobiographie.

C’est à partir de tous ces éléments que Michelle Sapori présente pour la première fois, en se fondant sur des documents inédits et des recherches très approfondies, les différentes péripéties de la vie du Chevalier de Maison-Rouge. Elle commence d’une manière très pittoresque et courageuse par une expédition en Amérique où il participe à la guerre d’indépendance aux côtés de Lafayette et de quelques autres. Royaliste convaincu, il se lie à l’entourage de Marie Antoinette et va même jusqu’à échafauder un projet d’évasion qui passera dans l’histoire sous le nom de « l’épisode des œillets ».

Poursuivi par les Conventionnels il est obligé de quitter la France où il revient tout de suite à la fin de la Révolution jouant un rôle un peu ambigu au moment du Directoire, du Consulat et de l’Empire. Le ministre de l’intérieur, Fouché, s’appuyant sur des rapports de ses collaborateurs qui le surveillent étroitement, le place en quelque sorte en résidence surveillée, ce qui ne l’empêche pas de mener une existence très active, de se marier, d’avoir des enfants et de continuer à comploter.

C’est pendant cette période que l’ambiguïté du caractère de ce héros est particulièrement perceptible. Il réussit néanmoins à se frayer un chemin dans cette période compliquée où son passé de royaliste le dessert, ce qui malheureusement va entraîner à quelques heures près sa condamnation à mort pour avoir collaboré avec les troupes russes qui envahissaient la France, trahison révélée par un document retrouvé chez un officier russe, ce qui l’amène à une exécution sur-le-champ. Ainsi se termine la destinée d’un homme qui aurait très bien pu échapper à une telle mort et continuer avec le retour de la royauté une carrière avec ses amis revenus au pouvoir.

Les différentes parties de cette existence à la fois exaltante et pittoresque malgré quelques défauts de caractère de son héros, constituent la trame de ce livre d’histoire qui se lit comme un roman.

Rougeville, de Marie-Antoinette à Alexandre Dumas, le vrai chevalier de Maison-Rouge de Michelle Sapori, Éditions de la Bisquine. 20 euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s