Colloque « Aisne 1918 »

Le samedi 26 mai 2018, a eu lieu à l’Hôtel de ville de Soissons le colloque « Aisne 1918 » organisé par la Société Historique de Soissons dont je suis membre.

Les intervenants ont abordé divers sujets, tous en lien avec le 100e anniversaire de la dernière année de la Grande Guerre sur le département de l’Aisne :

M. Denis ROLLAND, président de la Société Historique de Soissons : « L’évacuation de Soissons du 28 au 31 mai 1918 ».

Mme Agnès WOJCIECHOWSKI, archiviste à la congrégation des sœurs de Saint-Thomas : « L’hôpital de Soissons en 14/18 et le rôle de la Congrégation des sœurs de Saint Thomas ».

M. Guy MARIVAL, historien : « Quand la mairie du 10° arrondissement de Paris accueillait les réfugiés de l’Aisne ».

M. Michel SARTER, directeur des Archives départementales de l’Aisne : « La libération des villes et populations de Laon, Vervins et Guise ».

Michel GASSER, président de l’Association de Sauvegarde du Patrimoine Historique de Pinon et environs : « Février-mars 1918 : la 26° division US sur le Chemin des Dames ».

Mme Marie-Catherine VILLATOUX, du Centre de recherches de l’Armée de l’Air : »Les grandes offensives de 1918 : l’affirmation de la puissance aérienne ».

M. Franck VILTART, chargé de mission pour le centenaire 14/18 au Conseil départemental de l’Aisne : « Printemps 1918, l’armée allemande passe à l’offensive dans ‘Aisne ».

M. Philippe QUEREL, professeur d’histoire, membre de la Société Historique de Soissons : « De l’Illinois à la Thiérache, le 370° RIUS, régiment noir américain dans la libération de l’Aisne (septembre-novembre 1918) ».

M. Julien SAPORI : « Les troupes italiennes dans l’Aisne et en Belgique en 1918 ».

Par ailleurs, M. Bernard DEVEZ avait été invité afin de présenter son projet de « Bibliographie de la Grande Guerre ».

La direction des interventions était assurée par M. Éric VIAL.

Voici un court résumé de mon intervention :

 » En 1918, environ 130.000 soldats italiens sont présents en France. Parmi eux, ceux du 2e corps d’armée du général Albricci, qui se battent d’abord dans la Marne puis dans l’Aisne, au Chemin des Dames, où le cimetière militaire de Soupir en perpétue le souvenir. Lors de l’offensive victorieuse des Alliés, les divisions italiennes libéreront un grand nombre de villages de l’Aisne puis des Ardennes. Après l’armistice, les soldats italiens cantonneront pendant quatre mois en Belgique. Cet épisode « belge » reste fort méconnu ; parmi les protagonistes, un certain lieutenant Curzio MALAPARTE, futur romancier, qui l’évoquera dans une nouvelle : « La Madeleine de Carlsbourg » ».

La prochaine étape prévoit la publication des actes du colloque.

On envisage également, pour 2019 ou 2020, d’organiser un autre colloque sur la reconstruction des régions dévastées par la Grande Guerre. Soissons semble être toute désignée pour l’héberger, puisque c’est dans notre ville que fut construit le monument aux reconstructeurs.