« Services », Renseignement, « Grandes Oreilles », de l’Antiquité au XXIe siècle : légendes et réalités

Le grand public n’a véritablement découvert l’existence de l’action d’influence que vers les années 1980, et il ne connaissait guère jusqu’alors que la propagande, massivement utilisées durant la seconde Guerre Mondiale. Pourtant, les militaires, et plus particulièrement les services de renseignement, pratiquent cet art depuis des millénaires. Aujourd’hui, la multiplicité́ des moyens de communication a entrainé́ une véritable explosion de l’action d’influence et de désinformation. Cette facette de l’action clandestine connait depuis quelques années un extraordinaire développement. Du livre à la télévision, en passant par la presse écrite et les manifestations publiques, on identifie dans tous les médias des tentatives d’influence de l’opinion publique…

À la suite de la 6e Journée d’histoire, organisée en février 2016 par l’EPCC du château de La Roche-Guyon et des membres de l’EA 7392 Laboratoire AGORA, centre de recherches de l’Université de Cergy-Pontoise, consacrée au monde du renseignement et des services secrets, leur histoire, leurs caractéristiques et leurs représentations. Éric Vial, professeur des universités en histoire contemporaine à l’Université de Cergy-Pontoise, spécialiste d’histoire de l’Italie, des migrations et de l’uchronie, membre de la Société d’Étude Joseph Fouché et son temps, et son collègue François Pernot, professeur des universités en histoire moderne à l’Université de Cergy-Pontoise, spécialiste d’histoire militaire et d’histoire des frontières, viennent de publié aux Éditions le l’œil, un passionnant ouvrage intitulé « Services », Renseignement, « Grandes Oreilles », de l’Antiquité au XXIe siècle : légendes et réalités.

Agents de renseignement, informateurs, agents de terrain, officiers traitants, analystes… Ils sont le premier maillon, le maillon indispensable à toute stratégie politique et militaire d’un Etat, d’un gouvernement, d’un régime, d’une société. Car, en temps de guerre comme de paix, il ne suffit pas d’être le plus fort pour obtenir la victoire ou le leadership sur une région du globe, voire le monde entier.

Il faut aussi être bien informé pour prendre la bonne décision. Suivre de près les crises internationales, savoir ce que disent, ce que pensent, ce que veulent, ce que vont faire ou que font déjà ses ennemis, évaluer leurs forces et leurs faiblesses, analyser le risque que l’Autre représente, lutter contre ses menaces, se protéger contre toutes ses manœuvres d’ingérence, voire l’intoxiquer en diffusant de fausses informations…

Mais, quelles que soient la période historique et les évolutions technologiques, les bases, les règles, les principes du renseignement semblent bien les mêmes : de la Mésopotamie de Sargon à l’Amérique du XXIe siècle en passant par la République romaine, ce n’est pas la technologie qui a fait le bon stratège, c’est d’abord l’intelligence.

À noter le chapitre rédigé par Julien Sapori, président de la Société d’études sur Joseph Fouché et son temps, sur « La Haute police, de Joseph Fouché à Arturo Bocchini, de la pieuvre à l’OVRA, l’histoire d’une continuité ? ».

Il n’est pas question ici de dresser une bibliographie, même sommaire, de Joseph Fouché, mais de s’intéresser aux similitudes qui peuvent exister entre cet homme d’État qui joua un rôle essentiel dans l’histoire de France pendant deux décennies, « singulier personnage qui frappa Napoléon d’une sorte de terreur » selon Balzac, et Arturo Bocchini, (photo ci-contre) ministre de la police lui aussi, présenté comme « le Fouché di Mussolini ».

Dans sa notice, Julien Sapori s’interroge sur les points de convergence qui peuvent exister entre les deux « systèmes » de Haute police mis en œuvre par les deux hommes et de se demander si une police efficace doit, par nature de ses fonctions se rapprocher du système incarné par « la pieuvre »…

« Services », Renseignement, « Grandes Oreilles », de l’Antiquité au XXIe siècle : légendes et réalités.

Éditions de L’Œil (1er novembre 2017)

264 pages – Prix éditeur : 20 euros (Isbn : 9782351372395)

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Services », Renseignement, « Grandes Oreilles », de l’Antiquité au XXIe siècle : légendes et réalités »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s